Mafia d’Etat : Une Villa + 1.000.000$ payés à Félix et Christian TSHISEKEDI pour faire fuir l’Ex Ministre, Willy BAKONGA.

Par quelle magie l’ex-Ministre, Willy BAKONGA s’est-il retrouvé hors de la case prison ?

Que s’est-il exactement passé ce 27 novembre 2021, seulement 7 mois après sa condamnation à la prison ferme, le 30 avril de la même année ?

Le gars (Ex-Ministre Willy BAKONGA) a piégé Christian TSHISEKEDI, frère biologique de Félix TSHISEKEDI TSHILOMBO, ce dernier est le fameux Président de la RDC.

Une source familiale témoin de cette mafia et corruption institutionnelles nous raconte :

« En échange de sa libération, le Ministre Willy BAKONGA avait proposé à l’équipe de Christian TSHISEKEDI une somme de 1.000.000$ en espèces (un million de dollars américains). Quelques jours suivants le décaissement des fonds, Christian découvre la somptueuse Villa de Willy BAKONGA au Mont Fleury, Quartier chic de la Commune de Ngaliema, à Kinshasa. Vite, sa cupidité monte d’un cran et se met à fabriquer des enchères supplémentaires ».

Il retourne chez le détenu BAKONGA : « D’abord, YAYA (entendez mon grand frère, Félix TSHISEKEDI) a pris tout le million que tu m’avais remis et estime que c’est sa part. Du coup, je n’ai rien reçu dans cette affaire. Si tu tiens à sortir, donne-moi ta Villa de Mont Fleury et moi, je te fais sortir de la prison ».

A son tour, l’ex-Ministre qui tient à sa liberté, à n’importe quel prix, monte un stratagème : « De mon côté, je suis prêt, répond Willy BAKONGA, mais je crains qu’après quelques jours je ne fasse l’objet d’un autre procès, cette fois-là, pour le dossier GRATUITÉ de l’enseignement primaire ».  Et de poursuivre, : « Si vous pouvez trouver pour mon fils (Joël) et moi un Visa de la Suède nous permettant de voyager aussitôt sortis de la prison, je quitte le pays pour éviter la cupidité des procureurs ». Les deux hommes s’accordent et Christian dans son rôle, démarre la manœuvre. Nous sommes en septembre 2021.

Un mois après, Christian lui tend deux passeports avec Visa de la Suède, et en échange, l’Ex-Ministre / PPRD de l’Enseignement primaire et secondaire signe finalement l’acte de cession.

Avant de sortir, les avocats préviennent Christiane sur le fait que le pari est risqué, car n’étant pas libre en prison, le gars peut se rebiffer. D’où, il doit ordonner sa sortie de MAKALA – CPRK (le Centre pénitentiaire et de rééducation de Kinshasa) le lendemain. Devenu homme libre de ses mouvements, pendant la nuit, Willy BAKONGA disparaît de radars kinois et se retrouve à Brazzaville. Sans tarder, il prend son vol, officiellement pour Stockholm (Suède).

Informé et choqué, le cupide Christian agite les rouages du pouvoir et exerce son influence sur la Ministre de la Justice, Rose MUTOMBO KIESSE qui, toute honte bue, s’évertue d’alerter le Procureur sur l’irrégularité de cette libération. Elle en appelle, dans un courrier, au retour, dans les geôles, du Ministre Willy BAKONGA. Cependant, les noms de Willy et fils BAKONGA figurent bel et bien sur la liste de son Arrêté ministériel mettant en exécution l’« ordonnance de grâce présidentielle », Willy et Joël BAKONGA y occupent la première et la deuxième place. Voilà, comment l’arroseur s’est fait arroser !

Nous avons toujours dit et clamé que Félix TSHISEKEDI est une honte et un danger pour la République démocratique du Congo.

Pour stopper ce désordre infernal qui gangrène le sommet de l’Etat, il est à la fois important et urgent, pour l’ensemble de congolaises et congolais, de se mobiliser sans attendre, afin de liquider le régime mafieux de Félix TSHISEKEDI TSHILOMBO, et ce, conformément à l’Article 64 de la Constitution en vigueur dans le pays.

 

La Rédaction / VOIX Populaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *