URGENT – MASSACRE A GOMA : Le Gouvernement populaire exige la démission et l’Arrestation immédiate de Constant NDIMA.

Dans un communiqué transmis à la VOIX POPULAIRE et signé par le Président du Gouvernement populaire de la République démocratique du Congo, la Coalition issue du Congrès de 12 août à Bruxelles, appelle à la démission et à l’arrestation immédiate de M. Constant NDIMA, le Gouverneur militaire du Nord-Kivu.

 

PHOTO DES MANIFESTANTS PACIFIQUES CIVILS NON ARMES A GOMA LE 30 AOUT 2023.

VIDEO DES CORS ENTASSES PAR LES MILITAIRES SOUS LES ORDRES DE CONSTANT NDIMA A GOMA, LE 30 AOUT 2023.

Le Gouvernement populaire accuse Monsieur NDIMA KONGBA d’avoir exécuté, le 30 août 2023, un ordre mal donné, destiné à massacrer les manifestants civils pacifiques qui marchaient dans la Ville de Goma pour exiger le départ de la MONUSCO, présente au Congo depuis 1999 et dont le bilan n’est pas du tout aux attentes des populations meurtries du Kivu.

Les tirs à balles réelles ont fait plus de 103 morts selon le premier décompte macabre fourni par la société civile et confirmé par des sources indépendantes consultées à Goma, par nos équipes sur place.

« Au lieu de nous protéger, Félix TSHISEKEDI nous tue, comme son ami Kabila, il doit partir par tous les moyens. Félix est un assassin », a témoigné mercredi soir, à la VP un habitant de Goma, sollicitant la diffusion sous anonymat. 

Le document du Gouvernement populaire invite également les populations du Nord Kivu à entamer les marches de colère jusqu’à la démission et l’arrestation du Lieutenant Général NDIMA, nommé en 2021 pour superviser l’état de siège dans cette région. Notons que le commandement de Constant NDIMA au Nord – Kivu n’est pas parvenu à freiner l’avancée des terroristes tutsis rwandais étiquetés M23 qui occupent depuis plus d’un an, une partie du territoire congolais au Nord-Kivu.

 

La Rédaction VP.

 

Ci-dessous l’intégralité du Communiqué en clair et en PDF:

COMMUNIQUE MASSACRE A GOMA LE 30 AOUT 2023.

COMMUNIQUÉ DU GOUVERNEMENT POPULAIRE

SUITE AU MASSACRE DU 30 AOÛT 2023 A GOMA, AU NORD-KIVU.

============================================================================================

Il ressort des renseignements précis fournis par notre Centrale de documentation que l’usage excessif des armes lourdes et légères, par les hommes de Constant NDIMA KONGBA, Gouverneur militaire du Nord-Nord, contre les manifestants civils, pacifiques, non armés, non violents, et appartenant à une secte religieuse dénommée « WAZALENDO » s’est soldé par un massacre délibéré de plus de 103 personnes tuées, dont des enfants, des femmes et des personne de troisième âge. A cela s’ajoutent 116 blessés graves. Des journalistes blogueurs locaux ont également été tués ; l’Église et des maisons incendiées. Une station de radio locale saccagées et pillée. Les victimes sont toutes des civils, non armés et non violents.

En effet, cette marche pacifique, organisée à Goma, dans la journée du 30 août 2023, avait pour seul but légitime, de réclamer le départ, pour inefficacité, des casques bleus déployés, depuis plus de 24 ans par l’ONU, en la République démocratique du Congo.

La Coalition populaire et le gouvernement populaires de la RDC tiennent à souligner que le droit, pour tout.e citoyen.e congolais.e, de manifester pacifiquement est garanti par la Constitution de la République.

Le Gouvernement populaire dénonce et condamne avec la plus grande fermeté cette énième tuerie des masses, perpétrée à Goma contre des manifestant civils, pacifiques et non armés, sur instruction personnelle de Félix TSHISEKEDI qui, désormais, vit dans une peur pathologique qui frise la paranoïa.

Très consternés par les méthodes brutales et sanguinaires du régime collectif de Kinshasa, le Gouvernement populaire attire l’attention de l’opinion nationale et internationale, sur le fait que, à l’approche de l’expiration de son mandat frauduleux, et face à un bilan globalement chaotique, Monsieur Félix TSHISEKEDI est devenu très dépressif, nerveux, violent, et par conséquent, excessivement dangereux pour la nation congolaise toute entière.

Au vu de la gravité des faits, et pour répondre des ces actes criminels devant les juridictions compétentes, la Coalition et le Gouvernement populaires exigent la démission et l’arrestation immédiate du Général Constant NDIMA KONGBA, Gouverneur militaire de la Province du Nord-Kivu, désigné responsable moral et exécutant des ordres mal donnés qui ont conduit à la planification et à l’exécution du massacre perpétré contre des civils pacifiques de Goma, le 30 août 2023.

Le Gouvernement populaire invite les populations du Nord-Kivu en général et celles de la Ville de Goma en particulier, à s’organiser massivement et à descendre dans les rues de la ville et ses environs, pour exiger la démission et l’arrestation immédiate du criminel Constant NDIMA.

Fait à Bruxelles, le 31 août 2023.

M. Émery Damien KALWIRA, Président de la Coalition et du Gouvernement populaires de la RD-Congo.

E-mail : [email protected] / Tel : +45 71 51 63 04

 

1 commentaire

  1. Merci Excellence ! Nous déplorons la mauvaise gestion de Monsieur F chisekedi pour la RDC comment expliquer un président président peut ordonner un massacres de ses gouvernants ? Qu’ils quittent le pouvoir svp !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *