Libération immédiate et sans condition de Maman Marie MASEMI !

Professeur BAMBA -DI- LELO, Docteur en Sciences politiques de l'Université catholique de Louvain (UCL).

Tout le Congo connaît l’engagement citoyen de Maman Marie Masemi. Elle lutte pour la survie de la République, pour le bon fonctionnement des institutions de la République, pour qu’à tous les niveaux du pouvoir la loi de la République soit respectée tant par le Président de la République, que par tous les autres acteurs politiques, ceux du parlement, du sénat, de la magistrature, etc. Attention : Pouvoir contre d’autres pouvoirs ? C’est la mort certaine de la nation.

 

Dans un régime démocratique véritable, qui ignore qu’il y a séparation de pouvoir entre le pouvoir législatif, le pouvoir exécutif, et le pouvoir judiciaire. A ces pouvoirs, il faut y ajouter le quatrième pouvoir, celui des médias qu’on feint souvent de mettre entre parenthèse. Et pourtant, c’est un pouvoir réel qui donne aux citoyens la liberté d’expression, et donc la liberté de critique.

Voilà pourquoi, aujourd’hui l’arrestation arbitraire et nocturne de Maman Marie Masemi choque la conscience de tout Congolais qui aime son pays, car la femme militante arrêtée est connue de tous pour son engagement afin que notre pays fonctionne bien et que les citoyens, hommes et femmes, y trouvent tous leur compte.

L’avènement de Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, issu de l’UDPS, ce parti historique d’Etienne Tshisekedi, 37 ans durant dans l’opposition, aurait dû ouvrir à notre pays une ère nouvelle de paix et de fraîcheur démocratique, au lieu de ternir bêtement sa réputation en arrêtant des leaders d’opinions ou des journalistes des médias ! C’est une grande honte pour le pays quand la police nationale est instrumentalisée ainsi pour arrêter Maman Marie, femme âgée de 69 ans, et humiliée, comme on l’a fait, de cette heure de la nuit !

Nous nous joignons au concert des protestations qui réclament et exigent la libération immédiate et sans condition, de cette militante dont le Congo a besoin. Qu’on se le dise, injures et outrages au Chef de l’Etat risquent simplement d’être un expédient classique qui sera arboré à chaque fois qu’on voudra se débarrasser d’un citoyen qui gêne le pouvoir présidentiel ou le pouvoir exécutif !

L’Union pour la Démocratie et le Progrès Social, en sigle UDPS, doit se lever pour dénoncer cette dérive du pouvoir présidentiel, car, cela ne sert d’ailleurs pas la cause du Président Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo qui cherche à briguer un second mandat présidentiel.

Les hommes et les femmes d’Etat congolais doivent savoir que l’exercice du pouvoir n’est pas une partie de plaisir, c’est une sinécure, si on veut respecter les lois qui garantissent une saine démocratie dans un pays à système démocratique. On doit apprendre ainsi à combattre non pas des hommes, mais on doit apprendre à débattre des idées, des projets de société, etc. Si on n’est pas capable de supporter la contradiction dans un débat démocratique, c’est qu’on n’est pas qualifié pour se dire un homme d’Etat.

Tout cela nous rappelle qu’à l’avènement de l’AFDL, beaucoup d’acteurs politiques et d’autres indépendants, ont signé un document où ils ont fait allégeance au nouveau régime de L.D. Kabila. Pour ma part, j’avais estimé que la démocratie n’était pas dans les valises de l’AFDL, ainsi, comme on le sait, je suis resté en Europe, continuant mon combat grâce à la liberté de ma plume pour la noble cause du Congo, qui doit se positionner au cœur de l’Afrique comme une grande nation, libre et prospère !

Nous demandons avec force que le pouvoir de Tshilombo laisse libre Maman Marie Masemi. Sa famille l’attend et le Congo a besoin de sa parole, de sa lutte, de son opposition et de son engagement citoyen pour le bonheur et le développement de la R.D.C.

Qu’attend le peuple pour se soulever devant un Président de la République qui instaure un régime de terreur, d’arrestations arbitraires et de gabegie scandaleuse ? Un régime agité, dictatorial et dicté par des inconscients, le Congo n’en a pas besoin. Félix-Antoine qui est à son premier emploi, doit le savoir. Une nouvelle génération des jeunes compétents qui aiment leur pays arrivent pour redresser la barre tombée trop bas par le Président Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo.

 

Prof. BAMBA-DI-LELO
Docteur en Sciences politiques de l’UCL
Analyste des Questions politiques du Congo
[email protected]

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *